Le retour des gypaètes

Décembre 2010, première observation d’un gypaète barbu de 3 ans, au-dessus du village d’Aiguilles, lors d’une sortiecerces juin 09_20090604_0886 copie à raquette. Mai 2011, nouvelle rencontre avec un gypaète encore plus jeune, relâché l’année précédente lors d’une opération de réintroduction menée dans le Parc National des Alpi Marittimi, en Italie. Speluge, c’est son nom, tout juste âgé d’un an, a donc déjà parcouru une bonne partie des Alpes du Sud pour venir visiter le Queyras. Se plaîra-t-il chez nous ? Se sédentarisera-t-il durant l’été sur notre massif ?… Personne ne peut le dire encore ! En tout cas, ouvrez l’œil durant vos randonnées estivales dans le Queyras. Et si vous avez la chance d’observer la silhouette remarquable de ce vautour « casseur d’os », prenez la en photo et n’hésitez pas à envoyer le résultat par mail au Parc National des Écrins qui assure le suivi des populations de gypaètes barbus dans les Hautes-Alpes… Bonnes observations et bonne chance à tous !

Première sortie à raquettes

C’est parti pour un nouvel hiver ! L’équipe de Queyras Nature reprend le chemin des cimes et vous invite à découvrir les merveilles naturelles des Hautes-Alpes. Les chamois sont redescendus en fond de vallée ou s’apprêtent à passer l’hiver sur les versants exposés à l’Est, les chevreuils se baladent aux abords des villages et les cerfs colonisent de plus en plus les adrets. La nouveauté cette année, en plus de rencontres plus fréquentes avec les cerfs, c’est la présence persistante d’un jeune gypaète adulte qui sillonne la haute vallée du Guil. De quoi faire de superbes observations naturalistes lors des balades à raquette !
Pour plus d’infos sur les sorties proposées cet hiver, n’hésitez pas à nous faire parvenir un mail ! Il
nous est en effet difficile de présenter l’ensemble de notre programme sur le site.

Les bouquetins du Haut-Guil

Queyras-Nature-la-hardeEn ce début d’été plutôt frais, les observations de bouquetins se multiplient dans la haute vallée du Guil, pour le plus grand plaisir des classes de découverte, des groupes de randonneurs et bien sûr des habitués des lieux ! Depuis leur capture dans le Mercantour et en Vanoise, et leur relâcher sur le site de la Roche Ecroulée en 1995 et 1996, les 26 pionniers ont essaimé dans tout le secteur. Aujourd’hui, on estime à plus d’une centaine d’individus la populations de Capra Ibex sur le Queyras. Avec la hausse des températures et le retour des beaux jours, les bouquetins vont bien sûr remonter en altitude. Mais lors de vos randonnées sur le secteur de Ristolas, soyez attentifs ! Vous aurez de fortes chances de découvrir de longues cornes cannelées au détour du sentier. Et si vous souhaitez en apprendre davantage sur le comportement, l’alimentation, la physiologie ou l’histoire de la protection de cette animal emblématique des Alpes, vous pourrez participer à une randonnée franco-italienne sur les traces des bouquetins, avec un accompagnateur de Queyras Nature spécialiste des ongulés de montagne.

Première rando

Pour cette première randonnée de l’été, l’ambiance était plutôt printanière… voire hivernale ! Le lac de Souliers (2492 m) est en effet encore complètement gelé et la couche de neige en altitude, même en versant sud, est réellement impressionnante !… Prudence donc dans le choix de vos itinéraires si vous avez prévu de venir vous balader dans le massif du Queyras. Tout le long de la chaîne frontalière, les conditions rappellent davantage un mois de mai classique qu’un début de saison estivale…

Plan du site

Pages


Articles par catégorie